Desktop - Smartphones - Tablets  | Français || Keeping up-to-date on social exclusion | REVUE DE PRESSE : Pauvreté | VIH | Violence femmes | Troubles mentaux | Alcool et drogues | Homophobie | LGBT | Initiative sans but lucratif | Notre mission : fournir la meilleure information possible sur l'exclusion sociale à travers le monde || Raising awareness on the damaging effects of social exclusion

Rechercher dans ce blog



Tags about global social exclusion | Français

jeudi 16 mars 2017

«J'avais l'habitude d'être vraiment excité quand il ne restait plus de méthamphétamine.»

«J'avais l'habitude d'être vraiment excité quand il ne restait plus de méthamphétamine.»
- «Tant qu'il y en a, tout ce que tu veux c'est de continuer à en prendre», poursuit-il. «Mais lorsqu'il n'y en a plus, tu te dis "Bon, je vais enfin pouvoir retrouver ma vie." Je ne dormais pas du week-end, j'allais d'une "sex party" à l'autre, et ensuite je me sentais comme de la merde jusqu'au mercredi. Je suis passé à la cocaïne il y a environ deux ans parce qu'au moins je pouvais travailler le lendemain.»
Jeremy est dans un lit d'hôpital, six étages au-dessus de Seattle lorsqu'il me raconte cela. Il ne veut pas me raconter les circonstances exactes de son overdose, mais il me dit qu'un étranger a appelé une ambulance et qu'il s'est réveillé ici.