Desktop - Smartphones - Tablets  | Français || Keeping up-to-date on social exclusion | REVUE DE PRESSE : Pauvreté | VIH | Violence femmes | Troubles mentaux | Alcool et drogues | Homophobie | LGBT | Initiative sans but lucratif | Notre mission : fournir la meilleure information possible sur l'exclusion sociale à travers le monde || Raising awareness on the damaging effects of social exclusion

Rechercher dans ce blog



Tags about global social exclusion | Français

jeudi 4 mai 2017

Emmanuel Macron vs. Marine Le Pen : le statu quo ou le grand bond en arrière

Emmanuel Macron vs. Marine Le Pen : le statu quo ou le grand bond en arrière
- L’affiche du second tour des présidentielles, qui oppose Emmanuel Macron à Marine Le Pen, a de quoi désespérer tous ceux et toutes celles qui espéraient encore que le changement du chef de l’État se traduirait par une avancée pour les droits LGBT.
D’un côté, Marine Le Pen et son programme violemment anti-LGBT, anti-féministe, anti-minorités : remplacement du mariage pour tous par un «Pacs amélioré», PMA réservée aux couples hétérosexuels stériles, menaces sur l’IVG que font peser certains des plus hauts responsables de son parti (dont sa nièce) et bien sûr absence totale de lutte contre les discriminations (ce qui est parfaitement cohérent avec l’ADN politique du FN, qui ne vise qu’à approfondir ou créer des inégalités et non à combattre ces dernières).
Ces propositions rétrogrades de Marine Le Pen sont bien connues, y compris par son électorat LGBT. Il faut le rappeler : le fameux «vote FN chez les gays» ne repose pas sur une ignorance par ces derniers du programme de l’extrême-droite, mais sur un calcul «coût / bénéfice». Les gays qui votent pour Marine Le Pen estiment que le renforcement de leurs privilèges (en tant que blancs, Français, chrétiens, athées…) qu’entraînerait une victoire du FN mérite le sacrifice d’une partie de leurs droits dont, de toutes façons, ils ne souhaitent pas bénéficier ou ont déjà bénéficié (l’abrogation du mariage pour tous promise par le FN n’étant pas rétroactive).